Courts : 47 ans

 

Gypaète barbu
quand tu voles sur mon tire-fesses
je vole avec toi

Skier au ciel bleu
puis cuire des bols à la lune
prendre une douche assis

Je cherche des outils
on a ceux-là et ceux-là
non merci kana

La neige au p’tit vieux
à nous tutoyer ainsi
pour qui te prends-tu

Tu annules le thé
son tempo te va pourtant
chute de neige épaisse

Tu vas déclencher
toutes les lumières du chalet
oui mais j’ai trop soif

Les mains si froides
rallumer le poele kana
non y renoncer

Ranger le sceau
faire une lessive l’étendre
la moue au frigo

Le sceau près du lit
solution réhydratante
les Romains sont fous

Trois batons d’encens
n’arrivent pas à t’atteindre
fromage trop fondu

Tu me fais baisser
les yeux le cou et le front
petite neige si dure

Une plaqueuse de chant
et une affleureuse kana
les rêves aux pieds froids

De l’oxyde de fer
sur les mains qui tâche le linge
crème hydratante

Tu fais ta timide
mais on connait bien la suite
attendre la neige

Dites-donc les pov’ branches
vous devez vous geler non
frrrr du four potier

Le son de la buche
qui chute quand le petit bois
a vécu sa vie

T’es givré ou quoi
oui complètement totalement
sol du jour des rois

En vouloir au cintre
insistant têtu à mettre
sa tête à l’envers

Déchirer dans le
frigo le filet d’oranges
se laver les mains

La petite tasse
fume en séchant au soleil
heure des cornichons

Soustraire de la pile
le morceau de bois trop beau
pour passer au poêle

Ouvrir le balcon
la biche s’arrête et attend
puis part doucement

Percée du soleil
de la crête son ombre peinte
au cœur des nuages

Le mouvement de glotte
de ceux qui se retrouvent seuls
après l’au-revoir

La mer de nuages
devant soi le coucher pur
du premier de l’an