33 – 黄庭堅 – Huang Tingjian – こう ていけん (1045-1105)

33 – 黄庭堅 – Huang Tingjian- こう ていけん33 – 黄庭堅 – Huang Tingjian- こう ていけん - 実33 – 黄庭堅 – Huang Tingjian- こう ていけん - 和

Noms

EFEO Houang T’ing-kien, pinyin Huáng Tíngjiān
zi : Luzhi
hao : Fuweng
surnom : Shangu laoren, le Vieillard de Shangu.
Huang Shangu 黄山谷 Kou Sankoku

Vie

Famille de lettrés mandarins (clan Huang de Jiangnan).

Amitié (durable ? de disciples ? plus ?) avec Su Shi. Mandarin régulièrement banni en province (associé aux opposants conservateurs aux réformes de Wang Anshi parce qu’il véhicule des poèmes non déclarés de Su Shi, principal opposant). Calligraphe important. Définition de règles poétiques systématisées par le cercle poétique du Jiangxi dont il serait fondateur (江西詩派 jiangxi shipai : enjeu, travail-savoir vs inspiration).

Dans son chemin vers son exil vers Yizhou-宜州 (où il mourra seul), rencontre le moine chan Zhongren-仲仁. Ce dernier peint des ume monochrome (traité sur le prunier : Huaguang meipu, motif pictoral qui devient ensuite un classique pour les lettrés ultérieurs) que Huang Tingjuan illustre d’un poème.

Poétique de l’appropriation : changer le fer en or / prendre la place de l’embryon (奪胎換骨; 點鐵成金 ).

L’un des « quatre scholastes à la porte de Su Shi » avec Zhang Lei 张耒, Qin Guan秦观, et Chao Buzhi 晁补之 : 苏门四学士 .

Mauvaise santé toute sa vie, intérêt pour les herbes médicinales au point d’envisager à un moment d’en faire son métier.

Reconnu comme l’un des grands calligraphes Song (avec un style distinctif en kaisho).

Dans le sujet pictoral des quatre amours 四愛, il est associé à l’orchidée sauvage (Tao yuanmei au chrysanthème jaune, Huang Tingjian à l’orchidée sauvage, Lin Bu à l’ume / Dunyi Zhou 周茂叔 néoconfucéen au lotus).
Il existe donc des représentations de lui à l’orchidée : 山谷愛蘭.

Serait également dépeint en Hung Shangu admirant les ume : Sankoku Kanbai 山谷看梅.
Et Huang Shangu sur une mule Sankoku Kiro 山谷騎驢.

Célébré pour sa piété filiale pour sa vieille mère (vide lui-même son pot 涤亲溺器; 滌親溺器). Il fait donc partie des 24 Parangons de la piété filiale nijuushikou 二十四孝.

Ferait parfois partie des trois testeurs de vinaigre : 三酸図 (?)

Poème du Shisendô

次韻楊明叔

老作同安守 蹇足信所便
胷中無水鏡 敢当吏部詮
恨此虚名在 未脱世絆纏
夢作白鷗去 江南水如天

日本語

自分は老いて同安州の長官となったが
足も弱くなって通信に使ている
胸中に人物を判断する明鏡もないので
官吏の詮衝にも当たりたくない
http://blogs.yahoo.co.jp/yama1025katu/44900390.html

English translation of the poem

Autre poème

Les couleurs des saules, près des remparts ont-elles quelque importance ? (Pléiade p. 636)

Références

Paire

17 – 黄庭堅-Huang Tingjian & 陳師道-Chen Shi Dao - 和

17 – 黄庭堅-Huang Tingjian & 陳師道-Chen Shi Dao

Evénements à créer

  • Voyage :
  • Calligraphie :
  • Peinture Portrait :
  • Peinture autre :
  • Musique classique :
  • Musique traditionnelle :
  • Autre Musique (Jazz, contemporain, …) :
  • Shigin :
  • Noh :
  • Thé :
  • Encens :
  • Cuisine :
  • Patisserie :
  • Philosophie :
  • Film :
  • Documents :