09 – 王維 – Wang Wei – おう い (701-761) : le poète-peintre-musicien Chan

09 – 王維 – Wang Wei – おう い09 – 王維 – Wang Wei – おう い - 実光院 - 2016

Noms

pinyin : Wáng Wéi
Prénom social : 摩詰, Mójié (référence à Vimalakirti, l’un des premiers prêcheurs « chan » ? Sutra de la non-dualité, du vide)

Vie

Peintre (intérêt pour les couleurs et distances dans ses textes / lavis monochrome en peinture), « l’idée précède le pinceau ». Montagne et courant. Fondateur de l’école du Sud de la peinture de paysage : traits forts, touches de couleurs légères.
Maître du jueju (poésie régule en quatrains/pairs de vers de 5 ou 7 syllabes).
Musicien (Pipa, luth chinois)
Homme d’état (ministre). Propriété de campagne à Lantian (wheel-rim river ?) réputée où il est enterré.
« Poète-bouddha » : Nature (en perpétuel mouvement) et détachement bouddhiste (étudie 10 avec le maître Chan Daoguang, devient végétarien).
Jamais remarié après la mort de sa femme en 31.

Dyssentrie pendant l’invasion de Chang’an par l’armée de An Lushan. Aurait feint d’être sourd, aurait pris des médicaments pour détruire sa voix afin de ne pas être fait « officiel » des rebels, sans succès. Pardonné ensuite grâce à l’intervention de son frère (ainé de 5).

Utilisé par Mahler pour le final de Der Abschied (l’adieu) dans Das Lied von der Erde. Cité par Buson dans son poème funéraire「冬鶯むかし王維が垣根哉」.

Poème du Shisendô

終南別業
中歳頗好道
晚家南山陲
輿来毎独往
勝事空自知
行到水窮処
坐看雲起時
偶然値林曳
談笑滞還期

Ma villa sur le mont Zhong Nan

Au milieu de ma vie, j’aimais le tao
Au soir de ma vie,
j’ai construit ma maison près des montagnes du sud.
Quand j’en ai envie, je sors, toujours seul,
Je connais la vanité des gains
Marchant jusqu’à la source du cours d’eau
Je m’asseois et contemple les nuages qui passent.
Par hasard j’ai rencontré un bucheron dans le bois
Nous avons discuté et ri : j’en ai oublié de rentrer.

日本語

中年の頃、いささか仏道を好むようになった
晩年は終南山のふもとに別荘を構えた
興が乗ればしばしば一人で散策する
素晴らしき事を一人で愛でるのみ
水の流れを追い、その極まるところに行き着き
座して、雲が立ち昇るさまを眺める
時にはばったり木こりのじいさんに会い
談笑するうちに帰るのも忘れてしまう

http://blogs.yahoo.co.jp/yama1025katu/44604666.html

English translation of the poem

My house on Zhong Nan Mountain

In my middle years I was inclined towards taoism
In my evening years I had a cottage at the foot of Mount Zhongnan
When I felt like it, I’d go out on my own
I alone appreciated those wonderful things
I followed the stream to where the water starts
And sat as I watched the clouds spring up
By chance I have met a woodcutter in the woods
While we talked and laughed, I forgot to go home


Autre poème

Référence

Paire

05 – 王維-Wang Wei & 孟浩然-Meng Haoran

Evénements à créer

  • Voyage :
  • Calligraphie :
  • Peinture Portrait :
  • Peinture autre :
  • Musique classique :
  • Musique traditionnelle :
  • Autre Musique (Jazz, contemporain, …) :
  • Shigin :
  • Noh :
  • Thé :
  • Encens :
  • Cuisine :
  • Patisserie :
  • Philosophie :
  • Film :
  • Documents :